FMGC - Parc photovoltaïque

Parc photovoltaïque à FMGC

Un parc photovoltaïque de 43 000m² d'ici 2024 à FMGC.

Nous contacter
09/12/2021
share

Près de Châteaubriant : un projet de parc photovoltaïque sur un terrain de 43 000 m2

Un parc photovoltaïque devrait voir le jour d’ici 2024 sur un terrain de 43 000 m2 de la fonderie FMGC de Soudan (Loire-Atlantique). 

FMGC Soudan

La FMGC de Soudan (Loire-Atlantique) utilisera près de 15 % de l’électricité produite par le parc photovoltaïque. ©FMGC

Par Léo GautretPublié le   mis à jour le 7 Déc 21 à 19:30

L'Éclaireur de Châteaubriant

Un parc photovoltaïque devrait s’installer au pied de la fonderie FMGC de Soudan (Loire-Atlantique). Ce projet, porté par une filiale d’EDF, doit voir le jour, au plus tard, d’ici 2024. Il concerne une parcelle de 43 000 m2 appartenant à l’entreprise soudanaise, à l’emplacement d’une ancienne décharge de sable qui ne peut accueillir de nouvelle construction.

 

Une petite partie de ce terrain concerne également la déchetterie de Soudan. Ce projet a été présenté et validé par les élus de la commune, le 15 octobre 2021.

 

15 % d’électricité pour la fonderie

À terme, cette installation électrique pourrait produire en moyenne 3 500 kilowatts-heures d’électricité. 500 kilowatts-heures, soit environ 15 % de cette production d’énergie, devraient bénéficier à la fonderie, qui consomme en moyenne 3 500 kilowatts-heures en pleine activité. Le reste de cette électricité, qui ne peut être stockée, alimenterait au quotidien le réseau national.

Le directeur général de la FMGC, David Trouillot, explique l’intérêt de ce projet pour son entreprise, leader européen de la production de contrepoids en fonte : « La solution photovoltaïque est une première étape dans notre démarche d’aller vers l’autosuffisance d’un point de vue énergétique. On est en train de réfléchir afin de compléter ces besoins pour réduire notre consommation d’électricité issue du réseau national. »

 

Flambée des prix

La flambée des prix des matières premières a également joué un grand rôle dans l’accélération de ce projet de parc photovoltaïque.

Quand vous avez un coût de l’électricité qui est multiplié par deux en quelques mois, cela vous oblige à accentuer les réflexions sur ces thématiques-là et à les accélérer. Cela fait deux ans qu’on réfléchit à utiliser cette ancienne décharge pour en faire autre chose.

David Trouillot, directeur général de la FMGC

Cette flambée des prix concerne également le coke, combustible utilisé pour faire fondre le métal, qui a lui aussi vu ses prix multipliés par deux depuis le début de l’année.

Pour tendre vers cette autosuffisance en énergie, la FMGC et son directeur général travaillent sur d’autres idées. « Il y a un an et demi, nous avons développé une solution pour stocker la chaleur fatale que génère la fonte du métal. Aujourd’hui, cette chaleur est stockée dans deux bonbonnes de 200 m3 d’eau à 90 degrés. Cela nous permet d’avoir une quantité de chaleur déjà disponible pour chauffer des ateliers et sécher les moules utilisés pour notre production. »

 

La FMGC réfléchit également à une solution pour transformer cette chaleur fatale en électricité. L’énergie éolienne ou l’installation d’autres panneaux photovoltaïques en lien avec son projet d’extension sont deux autres scénarii envisagés. « Cela pourrait être intéressant dans les 3 à 5 années de pouvoir stocker cette électricité en dehors des jours de production de l’usine pour pouvoir ensuite la restituer lors des jours d’activité de l’entreprise », projette le directeur général.